La-plume-de-NaNa

La-plume-de-NaNa

La mer rouge

La mer rouge

 

 

Je connais une terre, recouverte de mer

 

 

Rouge elle est nommée, pour ceux qu’elle a noyé

 

 

Légende ou bien mensonge, je les ai vu en songe

 

 

Ces hommes tous armés, ce sont réincarnés

 

 

La vie après la vie, et c’était reparti

 

 

Certains sont des coraux, qui me laissent sans mot

 

 

Couverts de ces teintes, qu’on pourrait penser peintes

 

 

Mais jamais un pinceau, oserait faire si beau

 

 

D’autres sont des poissons, qui comme les saisons

 

 

Se couvrent de couleurs, aussi riches que nos heures

 

 

Il y en a en dauphins, vers l’horizon au loin

 

 

Et même si tu le veux, viens danser avec eux

 

 

Beaucoup vivent planqués, comme pour être oubliés

 

 

Pareil au poisson pierre, qui vient d’une autre ère

 

 

Ceux qui aiment la scène, se montrent en murène

 

 

Bravant chaque regard, qui provoquent leur égard

 

 

Les chefs sont en mérous, requins ou autre loups

 

 

Des sages désabusés, en tortues sont cachés

 

 

Un médecin sans bruit, du galon il a pris

 

 

Car oui tu peux le voir, chirurgien dans le noir

 

 

Ceux qui aimaient à rire, clown est leur devenir

 

 

Les rêveurs sont des lunes, gonflés comme une prune

 

 

Ceux qui savaient nager, se sont changés en raie

 

 

Ondulant sous tes yeux, comme pour te rendre heureux

 

 

Mon stylo serait vide, mon front aurait des rides

 

 

Si je devais continuer, à tous te les conter

 

 

Pourtant ils m’ont confié, que jamais ils voudraient

 

 

En homme se rechanger, pour devoir le rester

 

 

NaNa