La-plume-de-NaNa

La-plume-de-NaNa

Couleurs primaires

Couleurs primaires

 

 

 

Le soir au fond des bois, on a très peur du noir

 

 

Pensant dans les esprits qu’il veut dire désespoir

 

 

Pourtant il reste brillant et sans vraie concurrence

 

 

Quand il s’agit de croire à la belle élégance

 

 

 

 

 

La nature voit rouge quand il faut se défendre

 

 

Sauf pour le sang de l’arbre quand on vient de le fendre

 

 

Il en est pas de même pour l’homme que l’on aime

 

 

Car on peut s’en parer et devenir son thème

 

 

 

 

 

Le blanc n’accepte pas la moindre égratignure

 

 

Comme ces neiges aérées qui font une pelure

 

 

La pureté de son sens évoque virginité

 

 

Comme toutes ces choses qu’on ose pas toucher

 

 

 

 

 

On nous parle du jaune pareil au fruit d’été

 

 

Reflètent le soleil sur sa peau agrumée

 

 

Il vient aussi vêtir paréo et sari

 

 

Lumineux comme un phare, qu’on regarde la nuit

 

 

 

 

 

Le bleu s’en est allé au milieu de nos cieux

 

 

Essayant de cacher les oreilles de nos dieux

 

 

Et ne pas les vexer, d’admirer ces belles teintes

 

 

Qui couvrent aussi nos mers, telle des toiles peintes

 

 

 

 

 

Si on vous dit primaires, vous n’êtes pas primitives

 

 

Sachant vous mélanger, en restant dans le vif

 

 

Sujets élaborés, qui décorent nos vies

 

 

Couvrant aussi nos rêves, jusque dans notre lit

 

 

 

 

 

 

 

NaNa